sans titre-3177.jpg

POURQUOI FAIRE ?

Mobilité, 

« Êtes-vous mobile ? ». Pour moi, c’est LA question la plus excitante des questionnaires d’entrée dans une entreprise. Cette interrogation porte en elle une folie qu’on ne souligne pas assez. On pourrait tout aussi bien demander: « Sous quelles pills aimez-vous tripper ? ». Elle a l’air d’une formalité passagère, administrative, mais porte en elle une dimension « inconnue » qui, lorsqu’on y pense vraiment, est vertigineuse, terriblement excitante.

Être mobile, c’est se mettre dans une configuration où, tout d’un coup, votre vie peut basculer. Ciao, la boulangerie du coin où l’on aimait bien faire une razzia de pains au chocolat (ou chocolatines, oui, oui) pour le brunch du dimanche. Bye bye, l’happy hour du jeudi soir avec les meilleurs potes. Hasta luego, ces tickets-resto utilisés mille fois au même endroit pour le déj’. Aux oubliettes, tous ces « refuges » de la vie quotidienne qui sont certes rassurants mais font passer la vie trop vite.

Bains des Pâquis

London City

Cathédrale Saint-Paul 

Donc pour reprendre cette petite case à cocher dans un questionnaire (parfois, c’est une question posée en entretien d’entrée) – la question « Êtes-vous mobile ? » mérite toute son attention et nécessite un minimum de préparation psychologique. En effet, changer de vie porte son lot de complications : négocier le bon salaire, s’exprimer dans une autre langue ou encore, avouons-le, faire face à ce que les américains appellent la « FOMO » (Fear of Missing Out).

La FOMO, c’est avoir les boules quand on loupe l’anniversaire de son meilleur pote. C’est crever d’envie d’être là à cette grosse soirée où, pour une fois, toute la bande de copains est réunie au complet. C’est se fondre en excuses parce qu’on ne sera pas là pour un évènement important. C’est rater ces retrouvailles en famille du week-end qui nous semblaient si douces.

Ayant vécu plusieurs expatriations : Londres, deux ans ; Genève, deux ans et demi et maintenant New York ; je ne peux que me faire le fervent défenseur de la case « Oui, je suis mobile ». Pour les éventuels réfractaires, hésitants, curieux, je souhaite ici mettre en lumière l’aspect enivrant, extatique de cette « pill » qu’est la mobilité. Je dis lumière, mais c’est plutôt stroboscope. On adore, on déteste, on vibre, on trippe, on aimerait que ça s’arrête. On aimerait que jamais ça ne s’arrête.

Je commencerais par l’aspect professionnel, avant de resserrer l’étau sur la dimension personnelle, intime.

(1) En qualité numéro 1, j’érige sans hésiter le multiculturalisme. En acceptant une mobilité, plus particulièrement internationale, on accepte d’avoir affaire à d’autres profils, d’autres cultures, et l’on est souvent obligés de parler une autre langue. Loin de moi l’idée de faire partie de ces expatriés insupportables qui critiquent leur nid d’origine (dans mon cas, Paris), mais il faut bien reconnaître UN défaut à la plus belle ville du monde : l’entre-soi y bat son plein. Question diversité, la ville a du pain sur la planche tandis que Londres, Genève ou New York m’ont fait rencontrer des profils variés, issus des 4 coins du monde, et Di*u (je n’aime pas le citer) que ça fait du bien !

(2) Qualité numéro 2, la « montée » en compétences (oui, je file une métaphore pas bien jolie-jolie dans cet article). En 5 ans, j’ai eu 4 métiers différents. À chaque fois, la mobilité a chamboulé le Statu Quo, me catapultant vers d’autres pâturages. Attention, l’herbe n’est pas toujours plus verte ailleurs (franchement, la plus luxuriante que j’ai broutée était à Genève) ; mais s’essayer à plusieurs métiers est un tremplin à compétences. Sans mobilité, je serais peut-être un bon Brand Content Manager ; mais sans aucune idée de comment mettre en place un partenariat, organiser des évènements et extraire, observer, étudier, analyser les chiffres d’une campagne publicitaire.  

 

(3) Qualité numéro 3, la prise de recul stratégique, notamment quand les mobilités ont lieu dans la même entreprise. C’est parce que l’on voit comment ça marche ailleurs, dans d’autres pays, que tout d’un coup on finit par tout capter. Ce qui était avant obscur, impalpable devient alors clair, évident, OBVIOUS. Ayant pour ma part débuté mon expérience dans un siège international (objectif : créer du contenu pour l’ensemble des pays), j’ai ensuite pu me mettre « dans la peau de » en arrivant à New York. Et tout d’un coup, on prend une claque. On se rend compte que ce client qu’on pensait si bien connaître, qui venait tous les jours nous acheter notre pain avec un grand sourire ne venait en fait que parce que vous êtes la seule boulangerie du coin.

 

Il y aurait tant d’autres avantages à citer : que ça soit le gain de salaire, le fait de rencontrer plein de nouvelles personnes, ou encore adopter de nouvelles habitudes quotidiennes (G*d bless la bière à 17h30 en bas du bureau à Londres), mais c’est maintenant sur les qualités humaines, émotionnelles que je souhaite m’appesantir.

sans titre-.jpg

Le jet d'eau

Image de Mike C. Valdivia

(1) Tout d’abord, et c’est le cadeau le plus inestimable que nous offre « la Vie ailleurs » , elle ralentit le rythme effréné de la Vie tout court. Finie, l’aliénation du quotidien où le lundi ressemble au mardi qui ressemble au mercredi de la semaine dernière, celle d’avant et encore avant. Tout d’un coup on débarque, frais comme un gardon, le regard curieux de tout. On fait rouler ses grosses valises, on repère le café qui sera « son café » à soi. On s’imagine, on se projette, on rêve et tout d’un coup (coup du sort, coup d’éclat), le cerveau se remet à fonctionner, vraiment. Il palpite, il fulmine, il envoie de la dopamine, et l’on savoure l’instant. On visite des appartements. On déambule dans les rues. On demande son chemin. On fait du tourisme, un peu, mais l’on se dit qu’on n’est pas pressés. Qu’on est là pour 6 mois, un an. Peut-être deux, parfois toute la vie.

 

(2) Ensuite, on redevient sociable, parce que merde, en fait on n’a pas le choix. À Paris, j’étais bien, j’avais ma bande de potes, ma crew, nul besoin de passer trop de temps avec cette personne bourrée que je viens de rencontrer en soirée, cet(te) ami(e) de qui me raconte sa vie, parle un peu trop et à qui je ne prête finalement qu’une attention limitée. Oui, j’ai bien fini par devenir ce mec, mi-connard mi- paresseux qui, à 25 ans passés, n’a plus tellement envie de faire rentrer cet(e) inconnu(e) exubérant(e) dans son cercle. Erreur ! S’il y en a une qui déteste les associables, c’est la Mobilité, et elle a vite fait de les remettre à leur place. Quand on arrive dans un autre pays, on est bien obligés d’être sympathiques, ouverts, car cette fois-ci, c’est toi le p’tit gars qui vient de nulle part et doit se faire des amis. Et, magie ! …on réalise très vite que l’on s’était oublié en manquant de les écouter, ces inconnus chargés d’histoire venus nous rencontrer.

 

(3) Enfin, on se rappelle que, quand même, la France est magnifique. Et ouais, aussi surprenant que cela puisse paraître, s’expatrier c’est aussi célébrer son propre pays. Quelles oreilles n’ont pas rougi de s’entendre susurrer : « Ow, you’re from Paris ? I LOVE Paris ! » ? Quelles papilles ne se sont pas offusquées de mâcher un fromage un peu trop plastique, un vin rouge un peu trop acide ? Enfin, quand on tombe malade (je me rappelle encore de la facture d’une ambulance à Genève…), qui ne se dit pas : « Ah, quand même, en France on se plaint, mais qu’est-ce qu’on est pourris-gâtés ! ». Alors oui, vivre ailleurs c’est aussi comparer, cultiver, enrichir le regard qu’on porte sur son chez-soi. Ses racines.

 

C’est donner une chance au prisonnier de la caverne de se retourner, quelques temps, pour mieux se retrouver.

Le One World Trade Center

© 2019 par Lucas Vaquer. Fièrement développé sur WIX.COM!